Cordeo : canyoning, escalade, via-ferrata et spéléologie autour de Grenoble

Canyon du Grenant - Savoie

Faut-il craindre les sauts en canyon ?

Cette question peut paraître saugrenue et surtout pas très encourageante, certes, mais il est tout de même utile de rappeler que les sauts sont la première cause, et de loin, des accidents en canyon... Alors on a certainement tous à se mobiliser, amateurs et professionnels, pour réduire cet état de fait et profiter au mieux de cette activité estivale, si dépaysante et si rafraîchissante !

Et aucun doute que des mesures simples et de bon sens existent, sans être toujours bien appliquées... D'abord il faut tordre le cou à l'idée qu'un saut est forcément obligatoire. A part dans de très rares canyons sauvages et non équipés, la quasi totalité des sauts peuvent s'éviter en effectuant une descente sur corde. Il suffit de la poser sur le relais adéquat, il faut si besoin la demander au professionnel ou au leader du groupe, même sur un saut de faible hauteur. Dans certains cas aussi, le saut est tout simplement évitable sans corde, en contournant l'obstacle, via une descente à pied ou une désescalade facile. A CORDEO, les moniteurs s'efforcent de choisir des parcours progressifs : une évolution adaptée à chacun, permettant d'évoluer en sécurité, avec une maximum de confiance et de plaisir.

Il est important de rappeler que la hauteur du saut est un élément important à prendre en compte : même si la réception est confortable, vasque large et profonde, c'est l'impact à la surface de l'eau qui est le plus risqué et qui peut générer de réels traumatismes, principalement au dos. On estime qu'au delà de 5 mètres de haut, il faut être particulièrement attentif. Si la position du corps est bonne, verticale et groupée lors de l'arrivée, on limite bien sûr les problèmes. Là encore, il faut bien avoir compris les consignes et ne pas hésitez à les redemander... En sachant que la hauteur n'est pas le seul paramètre en jeu : les zones de départ et d'arrivée sont parfois délicates à gérer, glissantes ou étroites : on reste dans en environnement naturel, pas dans une piscine !

Vous l'aurez compris, le saut en canyon demande une certaine maîtrise technique, de l'expérience, mais aussi un recul sur sa propre condition physique. En particulier d'éventuels problèmes au dos, car c'est sans aucun doute la partie du corps la plus exposée et sollicitée lors d'un saut. Là encore, il est indispensable de signaler vos antécédents aux personnes en charge de vous accompagner et, si besoin, de demander préalablement avis à votre médecin. Le plus important étant de savoir dire non, d'accepter aussi qu'un plus expérimenté vous dise non, même si vous voulez absolument faire ce saut, comme le reste du groupe par exemple (situation bien connue !)... Avoir conscience de ses limites est gage de sérieux et il en faut en canyoning, comme dans toutes les activités "verticales" ! Vous pourrez alors découvrir les paysages somptueux des canyons, partager des moments inoubliables dans cet environnement de roche et d'eau...

Bertrand Lagrange

Image K comme Kafka

K comme Kafka

Comme le héros de Kafka, est-on tous condamnés à la métamorphose ? Il suffit de regarder nos albums de photos familiales pour s’en convaincre. Ah la dure réalité du temps…

Image J comme Jeunesse

J comme Jeunesse

La sagesse populaire affirme qu’on a plein de principes, puis qu’un jour on a des enfants. Il est quand même préférable que ces derniers ne comprennent pas trop le sens de ce proverbe, surtout si vous êtes leurs parents.

La via-ferrata de la Dent-du-Chat, au-dessus du lac du Bourget

Via-ferrata, des parcours pour tous !

Les via-ferrata modernes sont apparues en France au début des années 1990. Equipement normalisé et promotion touristique forte ont permis un développement rapide et dynamique de cette activité proche de l'escalade. Des cotations ont aussi vu le jour et du matériel spécifique s'est créé, principalement les fameuses longes doubles avec absorbeur de choc.

Caractérisées par un aménagement important du rocher (câbles, échelles, ponts...), permettant une progression moins technique et aléatoire que l'escalade, la via-ferrata est peu à peu devenue une activité grand public... Avec tout de même quelques déboires pour certains débutants ! Car la via-ferrata nécessite dans tous les cas un apprentissage, une expérience et une condition physique adaptés : se déroulant toujours en falaise, il faut au minimum connaître les bases permettant l'assurage en milieu vertical... Les longes, certes, mais encore faut-il bien les utiliser ! Et savoir aussi mettre, au préalable, un baudrier et un casque. Enfin il nous semble important de savoir sortir, si besoin, une corde pour un assurage secondaire, ou plus simplement savoir "se vacher" pour se reposer en paroi. Un moniteur pourra vous apporter toute son expertise lors d'une sortie encadrée, y compris pour des pratiquants expérimentés qui souhaiteraient connaître des techniques complémentaires, par exemple pour eux-même accompagner des partenaires plus débutants.

Il faut savoir aussi adapter son choix de via-ferrata à son niveau et à ce que l'on recherche... Et en la matière, toutes les via-ferrata ne se valent pas, loin s'en faut ! Comme nous l'avons vu au début de l'article, il existe des cotations, facilement accessibles en consultant le topo de chaque via-ferrata. L'échelle est large, allant de F (Facile) à ED (Extrêmement Difficile), reprenant ainsi un système de cotation surtout utilisé en alpinisme. Les critères entrant en jeu dans le choix de la cotation sont nombreux (verticalité, longueur, engagement, technicité...) et comme toute échelle de ce genre, ce n'est pas une science exacte ! Selon les sites, selon votre forme ou selon les conditions météorologiques, vous trouverez parfois une via-ferrata Peu Difficile bien plus délicate qu'une autre... Là aussi, mieux vaut bien se renseigner, en plus de bien se préparer, surtout si vous envisagez un parcours autour ou au-delà de votre cotation maximale atteinte !

Autour de Grenoble, le nombre et la variété des via-ferrata permettent d'envisager des sorties pour tous publics et tous niveaux. A titres d'exemples : les parcours de l'Alpe-du-Grand-Serre et de la Dent-du-Chat seront parfaitement adaptés aux enfants (à partir de 8 ans) et aux familles, ceux de la Bastille ou de St-Pierre-d'Entremont permettront d'aller progressivement vers des cotations où la verticalité est plus marquée, celle de la grotte à Carret sera l'occasion de parcourir l'une des plus dures de France, cotée ED, présentant de nombreux passages en surplomb et nécessitant une gestuelle proche de l'escalade. Bref, en via-ferrata, il est certain que vous trouverez de très nombreux parcours, adaptés à vos attentes !

Bertrand Lagrange

Image I comme Icone

I comme Icone

Quel grimpeur n’a jamais rêvé de ressembler à Edlinger ? Quel grimpeur n’a jamais rêvé d’être aussi léger qu’une âme ?

Image H comme Hauteur

H comme Hauteur

Trop terre à terre, il est sommé de prendre de la hauteur ; trop dans la lune, on lui demande cette fois de revenir sur terre. Décidément il n’est pas facile pour l’esprit humain de trouver sa place.